Vous êtes ici

Com., 13 sept. 2011, n° 10-25533, 10-25731, 10-25908

Version imprimableEnvoyer par courrielversion PDF

Motif : "si, aux termes de l'article 4.2 h) du règlement (CE) n° 1346/2000 du 29 mai 2000 (…), la loi de l'État d'ouverture de la procédure collective détermine les règles concernant la production, la vérification et l'admission des créances, il appartient à la loi de la source de celles-ci de définir la qualité de créancier ; que la cour d'appel en a exactement déduit que l'article L. 622-24 du code de commerce français imposait à tout créancier antérieur de déclarer sa créance lui-même ou par l'intermédiaire de tout préposé ou mandataire de son choix, tandis que le droit de l'État de New-York [choisi pour régir le contrat d’émission de titres de financement et la convention de partage des sûretés], d'où résultaient les créances déclarées, devait être consulté pour apprécier si le trustee et les agents des sûretés avaient la qualité de créancier".

Doctrine: 

Rev. crit. DIP 2011. 870, rapp. J.-P. Rémery

Sites de l’Union Européenne

 

Tweets

  • RT : My talk on "Casting the Net. Has the ECJ's Approach to Online Torts Made the Brussels I Framework Fit for the Inter… https://t.co/0URN2Xzrbh Il y a 7 heures 55 min
  • RT : Wiemer & Trachte v Tadzher: vis attractiva concursus leads to exclusive jurisdiction for the pauliana. https://t.co/KhBU8znSdB Il y a 16 heures 4 min
  • RT : Two most important regimes for cross-border cooperation in civil and commercial litigation and arbitration are the… https://t.co/p1cbNj8jOK Il y a 1 jour 11 heures

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer